Think Tank Stratégies Durables
Think Tank Stratégies Durables

UNE NOUVELLE METHODE D’ACQUISITION DES CONNAISSANCES APPLIQUÉE AUX DEVELOPEMMENT SOUTENABLE

L’enseignement est traditionnellement centré autour de la transmission des connaissances. Dans un système hiérarchique, professeur élèves, professeur étudiant(e)s. La qualité du professeur était notamment jaugée à l’enthousiasme que celui-ci était capable de susciter. La difficulté d’assimilation d’étudiant(e)s des enseignements magistraux, et les échecs statistiquement très importants des enseignements universitaires de premier cycle ont imposé en France le développent de travaux dirigés (1960 – 1970). A l’usage la déconnexion des cours magistraux avec les travaux dirigés a montré des facteurs limitants de ce système dual, même quand les professeurs participaient eux mêmes aux travaux dirigés, et si les « enseignés » allaient au delà du contenu par des recherches et travaux personnels d’application.

Trente ans après l’émergence des travaux dirigés dans l’enseignement universitaire français l’émergence des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) a créé une deuxième transformation radicale dans l’acquisition des connaissances. Le professeur à connaissances encyclopédiques, capable de donner une synthèse historique passionnante des connaissances d’une discipline est désormais concurrencé par une multitude de sources de celle-ci, dont il est difficile d’évaluer comme récepteur la validité, voire l’exactitude. Un site originel pourra alimenter concurremment plusieurs sites présentés avec des références créées ex-nitilo, autrement dit on fait croire à la multiplicité des sources scientifiques. Une seul référence scientifique créée de toute pièce, sans comité de lecture et à la fortiori sans évaluation indépendante va alimenter en chaines et en réseaux de multiples sites, dont la convergence créé un ensemble considérable donnant l’illusion d’une science cohérente.

 

Aux USA, la contestation de l’origine humaine pour l’essentiel des instabilités climatiques, comme la contestation sectaire du Darwinisme , au profit d’un créationnisme a utilisé ce processus, basé sur des conflits d’intérêts entre de pseudo-scientifiques, et les lobbys économiques et politiques qui les finançaient.

 

La problématique essentielle de l’enseignement n’est plus désormais de sanctuariser le contenu des connaissances, mais de former les « enseignés » aux raisonnement systématiques, aux identifications critiques et créatives. Autrement dit à aller bien au delà du contenu pour insérer les connaissances dans des processus sociaux, du type recherche-action ou recherche contextuelle. Bien entendu, cette insertion sociale, voire sociétale des connaissances est particulièrement adaptée aux nouvelles situations professionnelles et en particulier aux formations par alternance, le temps passé dans l’entreprise étant devenu au delà de l’interrogation   technicienne, un processus social inter générationnel, d’appropriation des connaissances.

Malgré les facteurs limitants du développement soutenable, notamment par le refus des instances internationales et des gouvernements (cf le fiasco de Rio 2012, et l’échec des engagements gouvernementaux correspondants, comme ceux du millénaire) de modifier simultanément les gouvernances, l’acquisition des connaissances dans ce domaine répond particulièrement à cette problématique de l’enseignement.

La complexité du développement soutenable rappelons le est due aux 7 champs suivants :- gouvernance

- économie - finance

- social et sociétal

- environnement et bio-culture 

Les approches mono-disciplinaires ne répondent plus aux objectifs et aux contraintes des 7 champs cités. Impossible désormais de traiter un problème d’un des 7 domaines sans tenir compte de ses interactions avec les six autres. Cette évidence tous azimuts laisse au lecteur le choix d’exemples spécifiques à son propre vécu. 

Le caractère « nouveau » de cette méthodologie a été souligné récemment en Californie. Il y a belle lurette que dans des enseignements post baccalauréat des cours étaient distribués avant d’être utilisés en travaux dirigés.

L’approbation des méthodologies (très nombreuses) concernant le développement soutenable utilisera ce procédé que les universitaires Californiens « vendent » comme une absolue nouveauté. Le fait de ne lire que l’anglais peut impliquer cette méconnaissance de la réalité à défaut d’être interprétée comme une naïveté sincère et sympathique.

Jacques Vigneron

Pour en savoir plus

DEVISE :

 

« La liberté est la conscience de la nécessité » (suivant Spinoza)

 

 

PRINCIPAUX OUVRAGES ET INNOVATIONS: (liste non exhaustive)

 

1974 - Energies Renouvelables (CARGESE)

 

1975 - Enseignement par alternance à l’Université Paris 7 au DEUG 1 an en entreprise 1 an études

 

1976 - Ecologie Quantitative (2 Tomes, Venise)

 

1979 - Bilan écologique de l’entreprise et écosystème industriel (concept)

 

1981-1985: Programme emploi innovation environnement

 

1982: Communication environnementale 

 

1990: Ecologie industrielle (premier ouvrage en français, publié Ed. Hermann) à la mémoire de Philippe Esquissaud

 

1991-1993: Ecoproduit (Ed. Economica)

 

1996 :

- La communication environnementale (Ed. Economica)

- Triselec la bonne affaire (Ed. Economica)

 

1997-2001: Les innovations des Eco-industries (avec REED Expositions, 5 ouvrages publiés par Ed. Economica)

 

2001-2003: Eco conception (deux ouvrages, Ed. Economica)

 

2006:

- Jeu de développement durable Praxis 21 pour les écoles primaires, collèges et citoyens 

- Création de l’Association et du Réseau Stratégies Durables.