Think Tank Stratégies Durables
Think Tank Stratégies Durables

Lettre ouverte (Jeudi 8 octobre 2020)

Jean-Luc Mélenchon                                                               Yannick Jadot

Député de Marseille                                                                Député Européen

Président du Mouvement des Insoumis                                  Président de EELV

 

 

Messieurs les très probables candidats à la Présidence de la France en 2022.

 

L’admiration que l’on peut porter à de nombreuses et rigoureuses actions que vous avez menées depuis des décennies, et l’espèrance de voir endiguer les méfaits du libéralisme, co-responsable des inégalités subies par des millions de nos concitoyens et concitoyennes, ne sauraient nous faire oublier ou/et sous-estimer certaines réalités.

 

Premier constat : 

 

Vos deux candidatures simultanées devront se partager dans le meilleur des cas, trente, trente-trois pourcent des suffrages exprimés : chacun d’entre vous deux risque à peu près à coup sûr, de se retrouver derrière Emmanuel Macron, renforcé d’une partie de la droite, et derrière Marine Le Pen. 

 

Deuxième constat : 

 

Le besoin de renouvellement de la vie politique contraint les responsables politiques de gauche au sens large ( de l’extrême gauche au centre gauche et aux verts) de  s’unir sur un programme de lutte contre les inégalités structurelles dues au chômage de masse, aux bas salaires des emplois des «  derniers de cordée  » * et aux «  en dessous du seuil de pauvreté  ». Les différences de programmes entre vos deux candidatures ne seront pas suffisamment significatives pour permettre à l’une d’entre elles de l’emporter nettement sur l’autre, de devancer Emmanuel Macron, et encore moins Marine Le Pen, doté de 35% dans le dernier sondage. La percée des verts, dans les métropoles, comme les 13% aux élections européennes ne sont pas significatives au niveau de l’élection présidentielle. On a déjà vu tous les cas de figure. C’est bien à cause de cette perte de confiance dans les forces de gauche et d’extrême gauche, que certains sondages récents ne donnent pas plus de 15%, à une candidature unique de la gauche.

 

Troisième constat : 

 

Inverser le phénomène de réchauffement, en réduisant l’accumulation de CO2 et des gaz à effet de serre et reconstruire la biodiversité de vastes territoires (Australie, Californie etc.) sont des actions de longue durée, impliquant un «  chronos  », d’un siècle, au mieux d’une cinquantaine d’années. Ce qui rend nécessaire de ne pas perdre une décennie à agir. La France ne respecte toujours pas ses engagements pris à la conférence de Paris en 2015. Elle n’a même pas été capable de fermer ses centrales à charbon .

 

 

Quatrième constat : 

 

La «  reconstruction écologique  » doit faire face en France, aux catastrophes climatiques de grande ampleur suivantes : orages, pluies torrentielles et inondations destructrices des lieux de vie, des transports routiers et ferroviaires, destructurantes des sols, menacés d’éboulements souvent imprévisibles, instabilités des bords de mer et des estuaires, vulnérabilité des espaces forestiers aux incendies, aux maladies des espèces, fragilisation des arbres urbains et/ou isolés, destruction des toits et des derniers étages des maisons, et des réseaux aériens de distribution de l’électricité ( indispensables pour la sécurité sanitaire ), sécheresse des sols impactante sur l’élevage,  sur le rendement et le choix optimisé des cultures et des élevages, les paysages, les stockages et la distribution de l’eau, etc. Tous ces champs d’insécurité climatique sont au total créateurs de plusieurs millions d’emplois si une politique keynésienne des investissements fournit aux administrations compétentes et aux services techniques des collectivités territoriales les moyens de cette reconstruction écologique. L’amélioration de la transition énergétique, notamment au niveau d’un contrôle plus rigoureux des subventions publiques, ainsi qu’un plan de rattrapage de la recherche du secteur publique et des universités complétera cette politique de créations d’emplois, résultant de la reconstruction écologique et répondra àl’arrivée chaque année d’un petit million de jeunes à intégrer dans l’économie.

 

Cinquième constat : 

 

Même si la classe politique française est nettement moins corrompue que dans d’autres pays démocratiques de même ampleur, celle-ci ne jouit pas ou plus de la confiance de la population. À  preuve, les  abstentions  de  plus  en  plus  nombreuses  aux différents scrutins. Emmanuel Macron, pur produit de l’oligarchie se partageant les pouvoirs avec les élus, avait su faire croire en 2017, que sa candidature renouvellerait la vie politique. Cette rupture avec la tradition de fait de la cinquième république, suivant laquelle le président de  tous les français.es a été un chef de parti, ajoutée aux autres constats, implique de proposer au peuple français une personnalité symbolisant les nouveaux savoirs et une lutte cohérente avec ceux-ci  contre les inégalités et les souffrances qui accablent les «  riens  » , «  ceux que l’on peut croiser dans l’ombre des gares, tôt le matin » .partant à leur travail.

 

Pour Lionel Jospin, la théorie de la cordée n’est qu’une variante de la théorie du  ruissellement.. Pour les guides de Chamonix et de Saint-Gervais-Mont-Blanc, la compétence et les possibilités d’une cordée dépendent du niveau du plus faible de la cordée. Par contre en  matière de pollutions chimique et énergétique, la théorie du ruissellement s’applique, semble-t-il, ce sont les ultra-riches et les très riches qui « ruissellent énormément »  de pollutions vers et sur les plus pauvres.

 

Sixième constat : 

 

Face à une mondialisation illibérale, destructrice de la vie sur terre, la République Française, isolée mondialement et même partiellement dans l’Union Européenne doit et peut symboliser la résilience et la reconstruction écologiques de la Nature comme elle symbolise depuis le siècle des Lumières, les droits humains auxquels il faut ajouter désormais les droits de la Nature et d’un juste partage des espaces, des richesses et des nourritures produites.

 

Septième constat : 

 

L’autoritarisme présidentiel et le centralisme bureaucratique ont dessaisi l’Assemblée Nationale de sa double fonction, la définition et le contrôle de l’application des lois, ainsi que le contrôle du gouvernement. Le lapsus de Nicolas Sarkozy, identifiant le premier ministre à un collaborateur caractérise cette dérive qui oublie que l’ÉTAT doit être démocratiquement, humainement et écologiquement dirigé par trois assemblées, le Sénat porte-parole des collectivités territoriales, le Conseil Économique Social et Environnemental, représentant des «  communs  » et des associations proches des différents écosystèmes, et l’Assemblée Nationale représentant le peuple. La reconstruction écologique implique un fonctionnement global, cohérent ( à inventer ? )de ces trois assemblées.- La dispersion, la confusion, le «   réductionnisme  » du type diriger l’ÉTAT comme une entreprise, gérer l’ÉTAT comme une ville (*)ou/et une agence de com(**), créer de nouvelles instances au niveau présidentiel comme un commissariat au plan, et la conférence climat, pour dessaisir les instances constitutionnelles et/ou le gouvernement constituent un des principaux obstacles à la reconstruction écologique des écosystèmes humains et naturels . 

 

Jacques Vigneron ( géophysicien, ancien professeur des universités, spécialisé en environne-ment depuis 1974, président de l’École Européenne d’Été d’Environnement E4,1974-1980 )créateur du programme interministériel Emploi-Innovation-Environnement, ( 1981-1984) et fondateur de l’Écologie Industrielle(1990 – 2005), chevalier de la légion d’honneur.(Éducation Nationale ).

 

*Plusieurs maires de métropoles ( Grenoble, Paris, etc.) et présidents de régions ( Les Hauts de France etc.) nous annoncent qu’ils réservaient leurs réponses,

  • à la question serez-vous candidat.e. en 2022 à la présidence, après les élections
  • des conseils régionaux. Ce qui devrait accroitre les risques d’un duel Emmanuel Macron -Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2022 .

 

** La présence quasi-quotidienne de l’actuel président de la république dans des opérations de communication,  a transformé l’image et le rôle du président en «public relation» et candidat à sa propre réélection à un deuxième mandat, en mai 2022. Cette pratique affaiblit le rôle du gouvernement et du premier ministre. Celle-ci est peu compatible avec la responsabilité de la France, de membre du conseil de sécurité de l’ONU, disposant du droit de veto.

 

Un texte ! Vous pouvez le remplir avec du contenu, le déplacer, le copier ou le supprimer.

Lorem ipsum dolor sit amet, consetetur sadipscing elitr, sed diam nonumy eirmod tempor invidunt ut labore et dolore magna aliquyam.

 

 

Pour en savoir plus

DEVISE :

 

« La liberté est la conscience de la nécessité » (suivant Spinoza)

 

 

PRINCIPAUX OUVRAGES ET INNOVATIONS: (liste non exhaustive)

 

2006:

- Jeu de développement durable Praxis 21 pour les écoles primaires, collèges et citoyens 

- Création de l’Association et du Réseau Stratégies Durables. 

 

2001-2003: Eco conception (deux ouvrages, Ed. Economica)

 

1997-2001: Les innovations des Eco-industries (avec REED Expositions, 5 ouvrages publiés par Ed. Economica)

 

1996 :

- La communication environnementale (Ed. Economica)

- Triselec la bonne affaire (Ed. Economica)

 

1991-1993: Ecoproduit (Ed. Economica)

 

1990: Ecologie industrielle (premier ouvrage en français, publié Ed. Hermann) à la mémoire de Philippe Esquissaud

 

1982: Communication environnementale 

 

1981-1985: Programme emploi innovation environnement

 

1979 - Bilan écologique de l’entreprise et écosystème industriel (concept)

 

1976 - Ecologie Quantitative (2 Tomes, Venise)

 

1975 - Enseignement par alternance à l’Université Paris 7 au DEUG 1 an en entreprise 1 an études

 

1974 - Energies Renouvelables (CARGESE)